De l'autre côté de l'Afrique

De l'autre côté de l'Afrique

La veille agricole de novembre 2020

COVID-19
  • Zone AEOI – La hausse du nombre de cas se poursuit. Après + 7 % la semaine précédente, le nombre de nouveaux cas hebdomadaires augmente à nouveau de 7 % cette semaine (+ 13 233 cas contre + 12 162 la semaine précédente), suivant la tendance mondiale (+ 6 %). La hausse du nombre de nouveaux cas hebdomadaires se poursuit au Soudan (+ 471 contre +351 et +71 les 2 dernières semaines), en Ouganda (+ 1 723 contre +1 571 et +1 198) et est particulièrement marquée au Kenya où la situation se détériore depuis plusieurs semaines, avec un pic historique à + 7 504, contre + 6 577 la semaine dernière. En Ethiopie avec une augmentation de + 3 117 cas contre + 3 035 cas la semaine précédente, la situation se
Points notables d’actualité générale
  • Afrique de l’Est – La région toujours sous vigilance après un mois de lutte intense en octobre. Alors que le mois d’octobre a été le mois de lutte le plus actif depuis le début de l’invasion de criquets pèlerins (250 000 ha traités), les essaims se concentrent aujourd’hui en région Afar (Est-Ethiopie), en Somalie, sur les bords de la Mer rouge (Soudan et Erythrée) et au Yémen. Depuis fin 2019, plus de 700 000 ha ont ainsi été traités (dont plus de la moitié en Ethiopie, 150 000 ha au Kenya et 100 000 ha au Soudan) évitant ainsi la perte de 2,3 Mds T de cultures et préservant les moyens de subsistance d’environ 20 millions de personnes. Le conflit au Tigré pourrait limiter les interventions de contrôle des populations (œufs qui pourraient éclore d’ici décembre), à l’instar des difficultés rencontrées en Somalie et au Yémen. Alors que la situation est calme au Kenya depuis fin août, les vents pourraient réintroduire de nouveaux essaims en provenance de Somalie/Est-Ethiopie d’ici la mi-décembre. La FAO dispose à ce jour de moyens financiers suffisants jusque début 2021 : un appel à contribution révisé devrait ainsi être lancé d’ici la fin d’année.
  • CAE –  Développement  d’une  stratégie  commune  sur  la  taxation  de  l’économie   numérique.   Le  11 novembre 2020, la 48ème réunion des autorités fiscales des pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) s’est tenue Le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud et la Tanzanie se sont engagés à aligner leurs réglementations fiscales en matière d’économie numérique. Les autorités de ces pays espèrent ainsi augmenter leurs revenus issus du secteur des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) et mieux faire face aux grand groupes mondiaux du numérique.
  • Ethiopie – L’ONU demande l’ouverture de couloirs humanitaires. Alors que les affrontements se poursuivent entre l’armée fédérale et le TPLF (Tigré People’s Liberation Front), plus de 36 000 éthiopiens auraient déjà fui le Tigré pour se réfugier au Soudan. Le secrétaire générale de l’ONU, Antonio Guterres, a demandé ce vendredi l’ouverture de couloirs humanitaires pour venir en aide à la population du Tigré prise au piège des combats, regrettant que les autorités refusent toujours toute médiation internationale. Plus de 200 000 personnes pourraient en effet passer la frontière soudanaise dans les prochains jours/semaines.
  • Ethiopie – Baisse limitée des flux d’IDE entrants au 1er semestre 2020. Alors que les flux d’investissement directs étrangers (IDE) vers les pays  d’Afrique  Sub-Saharienne  enregistrent  une  baisse  de  28  %  au  1er semestre 2020, d’après la CNUCED, les  flux  d’IDE  entrants en  Éthiopie  affichent  un  léger recul  à 1,1 Md USD (contre 1,2 Md USD au 1er semestre 2019), soit une contraction de 12 %. Ce ralentissement reste donc limité compte tenu du contexte d’épidémie de COVID-19 et d’incertitudes politiques. En 2019, l’Éthiopie était le 5ème récipiendaire d’IDE du continent, derrière l’Egypte (9 Mds USD), l’Afrique du Sud (4,6 Mds USD), le Congo Brazaville (3,4 Mds USD) et le Nigeria (3,3 Mds USD). Ces flux d’IDE s’amoindrissent néanmoins progressivement (2,5 Mds USD en 2019 contre 4 Mds USD en 2017). Avec un quart des nouveaux flux d’investissements sur le 1er semestre 2020, la Chine demeure le premier investisseur du
  • Madagascar Mise en services d’unités d’énergie solaire mobiles à Tuléar. La société française Akuo Energy, en partenariat avec Enelec (filiale du groupe malgache Filatex), a annoncé la mise en service de ses unités d’énergie solaire mobiles et portatives dites Solar GEM à Tuléar (sud-ouest de Madagascar). Doté d’une puissance totale de 2,9 MW, le projet a été financé par le fonds d’investissement allemand Atmosfair pour 6 M€. Composée de 44 unités conteneurisées Solar GEM, comprenant chacune 200 panneaux photovoltaïques, l’installation peut être déployée en 30 min, repliée en 45 min, et peut ainsi être déplacée durant des périodes climatiques difficiles.
  • Maurice – Mobilisation de 400 M€  pour relancer l’investissement, maintenir et créer de l’emploi. Le  11 novembre, le ministère des finances mauricien a annoncé la mobilisation de 126 M€ afin de relancer les investissements dans les infrastructures. Ce financement vise à atténuer les impacts de la crise COVID-19 et sera pris en charge dans le budget 2020/21. Le gouvernement assurera également la prise en charge partielle des salaires de près de 500 000 employés du secteur privé via le Wage Assistance Scheme pour 274 M€. Le ministère du travail procèdera de son côté au recrutement de personnes actuellement au chômage technique dans des établissements publics comme Landscope (gestion immobilière, 2 000 personnes à recruter) ou l’Institut mauricien d’océanographie (1 000 personnes).

Publication des services économiques d’AEOI – Service économique régional de Nairobi